« IN SITU » : Environnement et développement durable

La ville d’Arles a mis en place en 2006 l’Agenda 21, adopté au Sommet de la terre en 1992, à Rio de Janeiro.

La question éthique de la responsabilité quant à la transmission du patrimoine naturel est essentielle. Il y a lieu notamment de veiller à la préservation de la biodiversité, à l’utilisation durable des espèces et des milieux naturels ; et finalement, à inventer une manière plus responsable d’habiter la planète.

En 2010, a été élaboré au niveau international, l’Agenda 21 de la culture qui formalise l’engagement des villes et des gouvernements en faveur du développement culturel. La culture est devenue dès lors, le quatrième pilier du développement durable.imageCultures Nomades Production a à cœur de contribuer à créer une identité locale forte.  Elle participe à l’attractivité du territoire et à son tourisme culturel ; elle œuvre de cette manière à la création et au développement de l’emploi.

Le défi aujourd’hui est de protéger et valoriser la Camargue, ce patrimoine naturel unique en France, en vue de sa transmission aux générations futures. Cettesauvegarde passe notamment par la sensibilisation du plus grand nombre à la beauté et au respect du site.Elodie Tanguy Nacl (3)

Il s’agit, à travers des interventions artistiques sur ce territoire, de permettre à chacun d’y développer un regard sensible.


L’association Cultures Nomades Production vous donnera rendez-vous en octobre 2016 pour un festival en plein Camargue autour du riz !

« La civilisation mondiale ne saurait être autre chose que la coalition des cultures préservant chacune ses originalités » Claude Lévi-Strauss.

Un Festival du Riz ;
Arles, Capitale du Riz
Aliment à forte connotation historique, sociale
et culturelle.

La première question qui s’impose est de savoir ce qui a motivé l’association « Cultures Nomades Production » à vouloir organiser un Festival du Riz à Arles. La réponse est d’une redoutable simplicité : elle part d’un dialogue de plus d’une année avec la population Arlésienne et Camarguaise qui ne trouve visiblement pas son compte pour célébrer la culture du riz dans la ville et en Camargue.
La Ville d’Arles abrite dans ses divers édifices de nombreuses manifestations culturelles qui trouvent assurément leur public à l’image des propositions artistiques, qui réjouissent chaque été les différents publics. Preuve d’un réel engouement pour la musique, la photographie dans toute son originalité et sa variété.
Mais ce que les Arlésiens et les Camarguais attendent sans doute, c’est la venue d’un festival qui reconnaît la valeur du riz sur le plan local, régional et international.
L’accueil d’un tel festival participe à une image dynamique de la Ville d’Arles, tant sur le plan touristique que culturel. L’ambition d’un projet de cette ampleur vise justement à développer cette image de marque et à faire rayonner Arles et le riz Camarguais dans la région bien sûr, mais aussi et surtout, en Méditerranée et dans le monde, les pays producteurs. « Arles, Capitale du Riz ».
L’association déposera des cahiers de soutien chez les différents lieux de Culture du Riz : le Musée du Riz de Camargue, les producteurs Camarguais.
Nombreux sont favorables à la création d’un Festival du Riz. Ils viennent de tous horizons, de toutes catégories socioprofessionnelles, de tous âges (de 10 ans à 80 ans) et sont présents sur le réseau social Facebook.
Ce sont plus de 10 contacts qui sont aujourd’hui recensés, dont le Musée du Riz, le Centre Français du Riz, déjà intéressés par ce projet. L’attente, aussi bien du côté des Camarguais que des professionnels du riz, est donc bien réelle. D’autant qu’il n’existe à ce jour aucun festival de ce genre dans la Région Paca.
Notre festival se déroulerait au mois d’octobre. Trois jours de festivités en pleine Camargue, jusqu’à la récolte et la flambée des rizières.
Le Festival se déroulera sur trois jours et s’articulera autour de trois lieux /concept et une scène.

Laisser un commentaire